L’année 2021 commence en force pour l’équipe d’Ubisoft Québec avec l’arrivée de Nathalie Bouchard à titre de Directrice générale. La lévisienne prend les rênes d’un studio qui a le vent dans les voiles, alors que l’équipe de plus de 500 talents a récemment livré Immortals Fenyx Rising™, une toute nouvelle expérience de jeu entièrement pensée, créée et développée ici. Nous lui avons posé quelques questions afin de vous permettre d’en apprendre davantage sur elle, son parcours et sa vision!

Nathalie, peux-tu nous parler davantage de ton parcours?

NB : Bien sûr! Je suis originaire de Lévis où j’ai passé toute mon enfance. Ma famille et plusieurs de mes amis sont toujours dans la région de Québec. Une fois mon baccalauréat en relations industrielles complété à l’Université Laval, j’ai déménagé à Montréal, où je vis et je travaille depuis plus de 25 ans maintenant. Je suis également maman d’un jeune homme de 21 ans ainsi que belle-maman d’une grande fille de 29 ans.

Je gravite dans le monde de la gestion depuis plusieurs années pour ne pas dire quelques décennies maintenant. J’ai toujours aimé apprendre, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de faire mon MBA, il y a environ 10 ans à l’Université Concordia. Finalement, j’ai passé les dernières années de ma vie professionnelle au Cirque du Soleil où j’agissais à titre de Directrice générale de l’Atelier de costumes et des services artistiques.

D’un point de vue plus personnel, comment te décrirais-tu?

NB : Je me décris d’abord et avant tout comme une femme simple, adepte de l’authenticité. Dès que j’ai un peu de temps libre, j’adore lire, transformer de vieux meubles, cuisiner et passer du temps de qualité en famille et avec des amis, avant la pandémie évidemment (rire). J’adore bouger et faire du sport, et ce, depuis toujours. Plus jeune, j’ai fait davantage de sports de compétition. Maintenant, c’est surtout pour le plaisir de bouger et de me tenir en forme. Je fais de la course, de la raquette, du ski de fond, etc. Bref je profite de l’hiver et de la nature!

Nathalie_Bouchard

Comment la direction générale du studio d’Ubisoft Québec est-elle arrivée sur ton chemin?

NB : L’automne dernier, une ancienne collègue du Cirque du Soleil qui travaille maintenant pour le studio de Québec m’a transféré l’offre d’emploi afin de savoir si je connaissais des gens qui avaient le profil de l’emploi. Après une lecture attentive, j’ai réalisé que je pourrais peut-être être LA bonne personne. Je n’étais pas à la recherche de nouveaux défis, mais c’est le genre d’opportunité qui fait réfléchir. Je disais souvent à mon conjoint qu’un jour, j’allais revenir à Québec, mais je ne savais pas trop quand ni comment.

Le poste de directrice générale d’Ubisoft Québec s’est donc présenté sur mon chemin à un bon moment dans ma vie. J’ai été intriguée et séduite par l’idée de pouvoir m’investir et collaborer à l’évolution du studio. C’était également une occasion en or d’apprendre et de me joindre à une entreprise avec une portée internationale, en pleine évolution et en forte croissance.

Selon toi, quelle est la plus grande similitude entre Ubisoft et le Cirque du Soleil?

NB : Les deux organisations font partie de la même industrie (le divertissement) et sont habitées par un engagement exceptionnel et une passion extrêmement forte qui porte l’entreprise. Le succès d’Ubisoft et du Cirque repose aussi sur le même actif : le talent des équipes.  Elles naviguent également dans des univers créatifs et ont toutes deux une présence internationale.

Comment se passe ton arrivée jusqu’à maintenant?

NB : Ça se passe super bien! Je suis entourée de superbes personnes passionnées et généreuses qui facilitent mon intégration. C’est vraiment précieux.  Je vois bien que faire des jeux vidéo est un processus exigeant, mais ce que je sens surtout, c’est une passion communicative et une envie de partager.

La seule inquiétude que j’avais pour être honnête, c’était de faire une entrée en poste à distance, de la maison. Je me disais que ce ne serait pas optimal de ne pas être au studio en personne. Étrangement, je suis obligée de dire que ç’a amené des avantages finalement (rire). Ça me donne la possibilité d’être plus concentrée. Je prends les rencontres une par une et je n’ai pas de distraction. Je peux vraiment me concentrer sur les gens. Évidemment, j’ai hâte de vivre l’effervescence du studio, mais je vois le bon côté des choses. J’assimile BEAUCOUP d’informations et je dors TRÈS bien le soir. ?

Avais-tu déjà un intérêt pour l’industrie du jeu vidéo avant ou c’est tout nouveau pour toi?

NB : Je suis obligée d’admettre que c’est une industrie avec laquelle j’étais moins familière. À travers mon processus de sélection très rigoureux et exigeant qui s’est échelonné sur plusieurs semaines, j’ai fait mes devoirs. J’ai lu, j’ai fouillé et j’ai cherché pour mieux comprendre dans quoi je m’embarquais. J’ai découvert des facettes fascinantes de cette industrie et plus de similarités que je m’imaginais encore avec mon emploi précédent. Je me dis que j’ai dirigé un atelier de costumes au Cirque du Soleil pendant trois ans sans savoir comment coudre un bouton (rire), alors je ne pense pas qu’il soit absolument nécessaire d’avoir étudié en programmation ou en animation pour diriger un studio de jeu vidéo!

Selon moi, c’est à mon avantage d’arriver d’un autre domaine que celui du jeu vidéo. Chez Ubisoft, je retrouve des défis et des questionnements que j’ai déjà vus et vécus ailleurs. J’arrive donc avec mon expérience en gestion exécutive et ma passion pour les humains. Je rencontre des experts, des gens doués qui eux connaissent la production sur le bout de leurs doigts. Il y a donc une ligne claire pour moi. Leur présence est essentielle pour me permettre de bien me concentrer sur mes nouvelles responsabilités.

Quelle est ta vision d’avenir pour le studio de Québec?

NB : Ma vision est qu’on peut mettre en place tous les systèmes, tous les outils, avoir les meilleures idées et façons de faire, mais à la fin de la journée ce qui est fondamental, c’est les gens qui composent notre organisation. Comment on mobilise notre monde pour faire une vraie différence. Et ça, c’est ma force. C’est ce que j’ai comme bagage à offrir.

Je veux poursuivre le travail qui avait été super bien entamé dans les dernières années afin de remettre l’humain au centre de l’organisation. Si on arrive à bâtir sur notre culture forte, que les gens se sentent heureux et partie prenante, alors on fera les meilleures expériences de jeu de toute l’industrie. Ma volonté n’est pas de tout balayer ce qui a été fait avant. J’arrive avec le désir de laisser les gens de talents faire ce qu’ils font de mieux et moi, mon travail, sera de les appuyer.

Quand je regarde le studio de Québec, je vois un studio bien implanté, qui a énormément évolué dans les 15 dernières années. Un studio qui a fait sa marque en collaborant sur des franchises phares d’Ubisoft et qui dirige maintenant ses propres projets au rayonnement international. Un studio qui a su apprendre dans ses hauts et dans ses bas et qui continue de regarder vers l’avant. Nous avons une place de choix dans notre écosystème et nous avons des projets stimulants devant nous. Je suis réellement emballée. Je compte bien profiter de ces opportunités pour faire grandir, avancer et accompagner mes équipes. Au final, c’est la gang qui compose Ubisoft Québec qui portera le changement.

En terminant, as-tu hâte de revenir dans la région Québec ?

NB : Ma mère est très énervée en tout cas! ? J’ai déjà hâte de pouvoir recevoir ma famille sur une base régulière, un soir de semaine par exemple, lorsque la COVID sera ENFIN derrière nous. La situation actuelle me donne malgré tout un peu plus de temps pour mieux organiser ma vie familiale avec mes enfants à Montréal, avant d’officiellement être de retour dans la région très bientôt. Je suis excitée de pouvoir venir travailler dans le quartier Saint-Roch que j’adore, vivre l’ambiance unique de Québec et me rapprocher du magnifique fleuve Saint-Laurent. C’est tout un privilège de revenir à la maison!